Archives pour la catégorie Conseils

Courir pour la santé ; les bienfaits

***Article en collaboration avec l’Institut de Cardiologie de Montréal***

On le sait toutes, bouger, c’est bénéfique pour notre santé. Peu importe le sport qu’on pratique, de s’exercer au moins 30 minutes par jour n’apporte que du bon à notre corps.

Bien que les avis soient partagés, la course à pied est, selon nous, un excellent moyen d’incorporer ces 30 minutes actives à nos horaires chargés. On vous l’a déjà dit, courir, c’est pratique. C’est peu coûteux, ça se fait partout, bref, les excuses pour ne pas s’activer sont bien difficiles à trouver quand on parle de course. On privilégie naturellement une bonne technique et surtout, l’écoute de son corps mais au final, la course, c’est un beau sport accessible à toutes.

Les spécialistes de l’Institut de Cardiologie de Montréal pensent comme nous ! Nous avons demandé à Jean-François Larouche, kinésiologue au Centre Épic de l’Institut de Cardiologie de Montréal de nous parler des bienfaits d’enfiler une paire de chaussures de course et de sortir prendre l’air. Voici ce qu’il en pense:

Capacités cardiopulmonaires

Un des plus importants avantages de la course est l’amélioration de la capacité cardiopulmonaire. C’est en fait la capacité de votre cœur à faire circuler le sang et celle de vos poumons à oxygéner le sang pour vos muscles. Au repos, votre cœur fait circuler 5 litres de sang par minute. Avec l’entraînement, il est possible de se rendre à 40 litres de sang par minute. Pour augmenter cette capacité, il faut justement faire battre votre cœur plus rapidement, et la course est un bon moyen d’y parvenir. Lors d’un sport d’endurance comme la course, vos muscles ont besoin d’oxygène pour transformer les nutriments (glucides et lipides) en énergie. En améliorant votre capacité cardiopulmonaire, vous augmentez la capacité de votre corps à utiliser l’oxygène. Vous diminuez ainsi vos risques d’avoir un malaise cardiaque et augmentez vos chances de survivre à un infarctus.

Densité osseuse

La course représente un stress pour vos os, mais un stress bénéfique, puisqu’il provoque une adaptation favorable, tant qu’il est bien dosé. En effet, il active la calcification des os, ce qui veut dire que plus de calcium se fixe à vos os, augmentant ainsi votre densité osseuse.

Muscles

Il suffit d’une première course pour constater que plusieurs muscles sont sollicités par la course à pied. Parfois même des muscles dont nous ignorions l’existence! L’adaptation se fait en courant, en augmentant tranquillement le volume et l’intensité de vos entraînements. Il pourrait être intéressant d’avoir un programme de musculation complémentaire à votre course pour augmenter votre efficacité.

Effet hormonal

Un des effets favorables est celui sur la circulation d’hormones comme la sérotonine et l’endorphine, responsable de la régulation de l’humeur. Il n’est pas limité à la pratique de la course, mais bien le résultat de l’activité physique en général.

bruno-nascimento-149663-unsplash.jpg

Dépense énergétique

La course à pied est un bon moyen d’augmenter votre dépense énergétique. Quoiqu’il soit plus facile de ne pas consommer une calorie que de la dépenser, c’est souhaitable d’avoir une dépense énergétique qui provient de l’activité physique dans l’équation.

Fonctions cognitives

Bien que tous les mécanismes de protection restent encore à démontrer, l’exercice physique en général permet de préserver les fonctions cognitives en contribuant à conserver plus longtemps les régions importantes du cerveau.

Conclusion

La course à pied offre à tout le monde de nombreux bienfaits. Il n’y a pas d’âge pour commencer, mais la progression doit se faire selon plusieurs paramètres dont votre âge, votre condition physique actuelle, votre historique de blessures et vos objectifs personnels.

Nous remercions M. Larouche ainsi que l’Institut de Cardiologie de Montréal pour leur implication et nous vous invitons à consulter leur site Web pour en savoir plus sur Cours pour le Coeur, un programme qui amasse de fonds au profit de la Fondation de l’ICM à travers la course à pied. Chaque don recueilli contribuera à faire avancer la recherche liée aux maladies cardiovasculaires.

Marie-Hélène et moi y participerons d’ailleurs encore une fois cette année ! 🙂 Au plaisir de vous croiser dans un de leurs événements.

Sophie

Comment éviter les excès pendant les Fêtes en 5 trucs faciles

Les Fêtes arrivent! C’est le moment des réunions de famille, des buffets, des fêtes de bureau, de l’alcool à profusion… Comment réussir à passer à travers ces célébrations sans trop avoir de regrets quand vient le mois de janvier? Facile, j’ai 5 trucs infaillibles qui me servent chaque année. Je dois vous dire qu’en vieillissant, j’aime encore plus ces petits trucs, car bouffe grasse et surconsommation d’alcool ont maintenant des répercussions sur mes lendemains (je m’ennuie de mes 20 ans pour cela!).

Sans plus tarder, voici donc mes 5 trucs :

1.Vous soupez tard et vous commencez à avoir faim vers 16h, pensez aux astuces anti-grignotage:

  • Buvez un grand verre d’eau (aromatisée ou pas) d’un trait pour remplir votre estomac;
  • Buvez une tisane;
  • Mangez une pomme ou une clémentine;
  • Faites un beau bonjour au plat de crudités.

2. Réduisez et allégez vos repas avant ceux des Fêtes . Surtout si vous avez plusieurs repas festifs prévus. Je dois vous avouer qu’une semaine avant les vacances, je tombe en mode salade et soupe, je mange beaucoup de fruits et de légumes, je m’hydrate pleinement et j’en profite pour couper sur le café et les desserts.

3. Une entrée, un plat principal, un dessert… Ma belle-famille est française alors le plat de fromages est toujours à l’honneur. Sachez dire non ou faites des choix. Vous adorez le fromage ? Alors pensez peut-être à couper le dessert. Vous avez plutôt la dent sucrée ? Passez sur le fromage ou réduisez tout simplement vos portions à l’entrée et au plat principal. Bref, sachez écouter votre faim!

4. Pour éviter de prendre du poids, il est conseillé de limiter, voire supprimer, la consommation d’alcool. L’alcool pèse lourd en calories et n’apporte aucun nutriment. Parce que c’est la fête, essayez de ne pas trop tomber dans les excès, profitez d’une coupe de champagne ou d’un verre de très bon vin question de pouvoir trinquer avec la famille et les amis!

5. Pendant la semaine de Noël, on essaie de pratiquer une heure de sport par jour. On tente de marcher plus, on s’entraîne un peu avant de quitter pour les célébrations en famille… Bref, on cumule des petits efforts pour prendre un peu d’avance sur les gourmandises des fêtes de fin d’année.


Rappelez-vous que l’important, c’est d’être raisonnable. Évitez de trop vous priver. Après tout, il s’agit du moment de l’année où vous pouvez relaxer, fêter avec vos proches et célébrer la nouvelle année qui arrive. Si vous ne pouvez pas échapper à la multitude des repas, mangez à chaque fois avec modération 😉

Joyeuses Fêtes!

Marie-Hélène

 

 

Courir en automne : quoi porter pour rester au chaud

Hey oui, c’est le retour de l’automne!

J’adore courir l’automne, ce n’est pas trop chaud, ni trop froid et les paysages sont à couper le souffle. Toutefois, j’ai commencé à apprécier mes ballades automnales le jour où j’ai acheté les bons vêtements.

Voici donc quelques conseils pour rester au chaud cet automne :

1. Une première couche qui respire : vous l’aurez deviné, nous allons parler de «pelures». C’est la façon pour rester au chaud en temps froid. La première couche est primordiale, je vous conseille fortement d’éviter le coton qui ne respire pas et qui n’évacuera pas la transpiration. Optez plutôt pour un chandail léger comme le Dri-Fit de Nike (mon chouchou) ou le ClimaCool d’Adidas.

2. La deuxième couche est bien simple, il s’agit d’un coupe-vent. Pas n’importe lequel toutefois, celui de tous les jours n’est pas adapté pour la pratique d’un sport. Cherchez plutôt les caractéristiques suivantes : bonne respirabilité, résistant à l’eau, au vent et léger. Vous trouvez ce type de manteau dans des boutiques comme Sport Expert, La Cordée et autres boutiques dédiées à la course.

3. Des leggings de course adaptés : pour ma part, je cours avec un pantalon coupe-vent qui est également résistant au vent. Étant donné que le bas du corps est moins sensible que le haut, il vous faudra probablement une température plus froide pour commencer à mettre votre pantalon coupe-vent. Je vous dirais que je commence à mettre les miens vers la mi-novembre (tout dépendant de la température).

4. Les pieds ne sont pas à négliger. Le type de bas est important pour l’efficacité de la chaleur. Selon mon expérience, les bas en laine de mérinos se sont avérés les plus efficaces car même en étant humides, ils conservent leurs propriétés de chaleur et d’isolation.

5. Les accessoires : par grands vents ou par temps plus froid, optez pour un Buff pour vous couvrir le visage, des gangs respirants (dans les magasins de course et de sport) ainsi qu’une tuque. Nous perdons de la chaleur par nos extrémités, il faut éviter d’en perdre le plus possible lorsqu’il fait froid.

Il est important de garder en mémoire qu’il est normal d’avoir froid les 2-3 premières minutes d’une course, votre corps se réchauffera rapidement par la suite. Si vous avez déjà chaud dès le début, vous risquez de suer davantage et ainsi, avoir froid en milieu de parcours, ce qu’il faut absolument éviter.

Sur ce, je vous souhaite du bon temps dehors. N’ayez pas peur d’affronter le froid!

Marie-Hélène

Courir quand il fait très chaud : guide d’hydratation

Ils annoncent canicule pour le Marathon de Montréal cette fin de semaine. Vous avez peur de ne pas y arriver? Vous ne savez pas trop comment vous hydrater lors de votre course? Voici 6 conseils qui vous aideont à surmonter la chaleur en pleine course.

1. CHOISISSEZ DES VÊTEMENTS AMPLES ET QUI RESPIRENT

Lors de votre course, portez toujours des vêtements amples et respirants. Pendant l’effort, votre corps pourra se refroidir plus facilement.

2. TEMPÉREZ VOTRE CORPS AVANT LE DÉPART ET PENDANT LA COURSE

Avant votre course, vous pouvez refroidir votre corps en prenant une douche tiède. Cela permettra d’abaisser la température de votre corps. Pendant la course, si vous avez trop chaud, humidifiez vos vêtements et mouillez vos cheveux. N’hésitez pas à prendre des verres dans les points d’eau, cela vous permettra de ne pas utiliser l’eau de vos gourdes!

3. BUVEZ SUFFISAMMENT AVANT ET PENDANT LA COURSE

Peu importe qu’il fasse chaud ou froid, un coureur doit toujours penser à s’hydrater pendant la course, mais aussi hors des périodes d’entraînement. En effet, pendant l’effort, si vous n’êtes pas bien hydraté, vous risquez les coups de chaleur.

N’attendez pas d’avoir soif pour vous hydrater. Pour être bien hydraté lors de votre course, buvez régulièrement des petites gorgées d’eau toutes les 10 minutes environ.

A savoir : lors d’une course intense ou de longue durée par temps chaud, le corps perd de l’eau, mais aussi des minéraux. Le coureur doit compenser les pertes d’électrolytes pour conserver toute son endurance en buvant une boisson après effort avec glucides.

4. LUNETTES, CRÈME ET CASQUETTE

Protégez-vous le visage, les bras et les jambes avec une crème solaire à indice de protection élevé (à partir de 20) afin d’éviter les coups de soleil. Faites de même avec votre tête en portant une casquette!

Évitez les maux de tête en portant des lunettes de soleil.

5. VOUS SENTEZ LE COUP DE CHALEUR VENIR? ARRÊTEZ

Tout coureur doit savoir reconnaitre les premiers symptômes d’un coup de chaleur (nausées, vertiges, mal de tête, désorientation, fatigue brutale…) et arrêter son effort immédiatement en se mettant à l’ombre. Pour éviter de terminer votre course à l’hôpital, sachez vous arrêter.

6. VOUS AVEZ TERMINÉ VOTRE COURSE…

Ne prenez pas de douche immédiatement après l’effort, la température du corps doit redescendre progressivement, aspergez-vous d’eau et buvez une boisson avec glucides pour reprendre des forces.

Au secours! Je ne sais pas quoi manger lors de ma première course

Le Marathon de Montréal arrive à grands pas et plusieurs personnes me demandent qu’est-ce que je mange le matin d’une course ? Ma première règle : ne changer pas votre déjeuner le matin de la course. Vous ne savez pas comment vous allez réagir avec votre nouveau plat. Faites attention, surtout si vous courez une longue distance pour vous assurer de manger quelque chose de nutritif sans être trop lourd.

Voici quelques exemples selon votre type de course :

5 km ou moins de 60 minutes

La meilleure chose à faire est de prendre un petit déjeuner 30 minutes avant de courir afin de maintenir votre niveau d’énergie pendant toute la course. Essayez de consommer environ 15 g de glucides et une faible quantité de fibres avant votre course.

Exemple :

  • Une banane
  • 1 cuillérée à thé de beurre d’arachides
  • Une barre de céréales
  • Yogourt faible en gras

10 km ou plus de 60 minutes

Vous devez faire le plein d’énergie afin de ne pas vous épuiser avant d’avoir terminé (surtout si vous courez 21 ou 42 km). Essayez de consommer environ 30 g de glucides avant la course. Dites-vous que plus votre plat est lourd, plus il faudra le manger tôt avant votre course afin d’éviter les maux de ventre.

Exemple :

  • Banane avec beurre d’arachides
  • Pomme de terre douce au four avec thon
  • Salade de thon
  • Smoothie aux framboises et à la banane

Il est important de manger dans les 30 minutes après votre course afin de vous permettre d’utiliser les calories pour renouveler vos réserves de glucose et régénérer vos muscles. N’oubliez pas que les aliments avec beaucoup de fibres peuvent causer des ballonnements puisqu’il faut plus de temps pour les digérer. Afin d’éviter des crampes ou des malaises pendant votre course, essayez le plus possible d’éviter les aliments à haute teneur en fibre.

Bonne course à tout le monde!

 

 

** Photo by Martins Zemlickis on Unsplash

Entraînement : l’importance des périodes de récupération

Trop de gens pensent que pour être en forme tout passe par l’entraînement. Bien sûr, vous ne pouvez pas nécessairement arriver à atteindre vos objectifs santé sans entraînement et une bonne alimentation, mais saviez-vous que la période de repos est tout aussi importante? Pour ma part, je n’aurais pas la santé que j’ai si je n’avais pas écouté mon corps afin de lui donner les meilleures chances possibles pour bien récupérer entre les séances d’entraînement.

Les six méthodes de récupération que je liste ici sont celles qui me sont indispensables. À ce stade de ma vie et de mes entraînements, je les considère tout aussi importantes que mes entraînements.


1. SOMMEIL

Vous ne pouvez pas, comme bien des gens pensent, «rattraper votre sommeil». Le corps ne fonctionne pas de cette façon. Vous devez avoir au moins huit heures, voire dix heures, de sommeil chaque nuit. Considérez vos nuits comment une séance d’entraînement et planifiez-les comme vous le feriez pour une séance normale de sport.

3. OSTÉOPATHIE

Les entraînements à répétitions de musculation, de CrossFit, de course, etc., peuvent avoir fait la vie dure sur vos articulations et votre colonne vertébrale. Mais les ostéopathes peuvent prendre presque tout ce qui est hors d’alignement et le régler à nouveau. C’est un excellent moyen de stopper les petites blessures, qui peuvent parfois devenir graves, avant qu’elles ne se reproduisent.

4. ACUPUNCTURE

Après de grosses séances d’entraînement, j’aime bien aller me gâter pour une séance d’acupuncture. Le corps entier reprend vie après; cela détend les muscles, soulage le stress et libère les toxines.

5. ÉTIREMENTS

Vous devez toujours maintenant votre flexibilité. N’oubliez pas de vous étirer tous les jours, idéalement un 20 minutes avant le coucher (pourquoi pas devant votre programme télé préféré ou une série NetFlix). Utilisez également un rouleau en mousse pour «briser» les noeuds et les tensions.

6. NAGER

L’exercice cardio à faible impact est génial, mais qu’en est-il du sans impact? La natation est parfaite à ce point; la pratique de ce sport fait que votre cœur bat rapidement en peu de temps, ouvre le corps et empêche la rigidité de celui-ci en faisant travailler toutes les articulations à travers une gamme complète de mouvements.

Un peu de changement… pour vos oreilles!

Je m’entraîne présentement pour mon premier demi-marathon à vie. C’est un défi super excitant et j’adore vraiment mon nouvel entraînement.

Toutefois, je dois admettre que courir au moins 4 fois par semaine, souvent pendant plus de 10km, peut s’avérer difficile et parfois, je suis tannée de la musique. Ça peut devenir redondant d’écouter les mêmes chansons ou les mêmes listes d’écoute en boucle… non?

C’est à ce moment que les podcasts viennent à la rescousse! Ils ne sont peut-être pas le meilleur choix lorsque vous faites des intervalles ou quand vous avez besoin d’un certain rythme cardiaque pour votre course mais quand vous désirez faire une course sans stress, toute en endurance ou sur une longue distance, je vous suggère fortement d’essayer un podcast.

Voici quelques-uns de mes favoris (tous en anglais):

Podcast sur la course à pieds: Runner’s Connect

C’est mon podcast favori sur la course. Tina Muir, une coureuse professionnelle, discute avec plusieurs experts à propos de tout ce qui a trait à la course à pieds. Elle donne l’heure juste sur plusieurs sujets comme la nutrition, l’entraînement cérébral, les hormones et la vitesse. Vous apprendrez en courant! Un deux en un!

1

Podcast sur les relations: Unqualified with Anna Faris

L’actrice Anna Faris (Mom, Film de peur) et son bon ami, Sim Sarna, se joignent à des célébrités à chaque semaine pour répondre aux questions de leurs auditeurs et leur fournir des conseils sans réserve sur les relations. Elle est franche, non-censurée et elle nous offre parfois des moments d’improvisation ridiculement drôles. Vous vous sentirez comme si vous étiez dans sa salle à manger. Je vous garantis que ce sera une bonne distraction à un entraînement qui peut sembler interminable.

2

Podcast sur les films: How Did This Get Made?

Trois acteurs (bien connus de la télé et des films) discutent de films pourris et de films qu’on se plait à détester. Cela vous fera rire ou vous serez peut-être même un peu frustré s’ils parlent d’un de vos films préférés. À noter : il se peut que les gens vous regardent bizarrement quand ils vous verront rire en courant.

3

Podcast à propos de tout et de rien: Stuff You Should Know

Deux blogueurs américains, Josh Clark et Chuck Bryant, parlent… de tout! Saviez-vous que le ketchup est à la base une sauce de poisson fermentée que les gens en Asie de l’Est fabriquent depuis plus d’un millier d’années? Et bien avec ce podcast, maintenant vous savez. Vous serez sidérés de ce qu’on y apprend! Vous êtes les bienvenus 🙂

4.jpg

Et vous, vous avez des favoris? Laissez-moi savoir et bonne course!

Parisa

5 CONSEILS À RETENIR POUR COURIR PAR TEMPS CHAUD

Vous souhaitez courir à l’extérieur même en périodes de grosses chaleurs? Avant de débuter votre course, prenez la peine de lire ces quelques conseils afin d’éviter de terminer votre course à l’urgence…

1. Buvez de l’eau avant, pendant et après votre course.

Boire de l’eau, ce n’est pas un caprice, c’est un besoin réel. N’attendez pas d’avoir soif pour vous hydrater. Si  vous vous sentez assoiffé, cela est déjà mauvais signe. Pour être au top lors de votre course, buvez régulièrement des petites gorgées d’eau toutes les 10 minutes environ.

Important à savoir: par temps chaud, si vous courez plus d’une heure,  le corps perd de l’eau, mais aussi des minéraux. Il est important d’apporter avec vous des électrolytes afin de conserver votre endurance. Vous pouvez trouver des électrolytes sous forme de gel, d’eau ou de boisson. Les boutiques de sport seront les meilleurs endroits pour vous procurer ce genre de produit.

2. Choisissez de courir dans des endroits ombragés

Pour éviter de subir les grandes chaleurs de la journée, n’hésitez pas à courir tôt le matin (avant 11h) ou le soir (après 17h). Recherchez les endroits ombragés (parcs, sentiers, pistes cyclables), votre corps s’habituera plus facilement à la température.

3. Choisissez les vêtements appropriés

Lorsqu’il fait chaud, il est important de choisir des vêtements amples qui laissent circuler l’air et qui respirent! Cela vous permet de ne pas baigner dans votre transpiration et d’évacuer la chaleur de votre corps.

4. Protégez-vous du soleil!

Avant de courir, n’oubliez pas :

  • D’appliquer votre crème solaire;
  • De porter une casquette;
  • De porter des lunettes de soleil (pour éviter les maux de tête).

5. Écoutez votre corps

Vous commencez à avoir des maux de tête, à avoir des frissons ou à vous sentir désorienté? Arrêtez tout de suite votre course et trouvez rapidement un coin à l’ombre car il s’agit des premiers symptômes d’un coup de soleil.

Perte de poids et vie sociale, c’est possible ?

Être constant dans un processus de perte de poids, c’est souvent ce qui est le plus difficile. C’est bien d’atteindre le poids désiré mais encore faut-il être capable de le maintenir. Plusieurs personnes croient que le fait de s’entraîner 5, 6 ou même 7 fois par semaine, de manger juste de la salade ou de boire des shakes protéinés avant, pendant et après l’entraînement nous donnera une perte de poids durable. C’est rarement le cas. Et plus souvent qu’autrement, vous vous essoufflerez bien avant d’avoir atteint votre objectif. Dans mon cas, j’ai préféré opter d’être active au moins 3 fois à toutes les semaines (danse, course et gym), manger sainement et de façon variée, tout en réduisant mes portions. C’est ce mode de vie que j’ai décidé d’adopter il y a 4 ans et 90 livres plus tard, je crois fermement avoir trouvé la formule parfaite pour être en mesure de maintenir ma perte de poids pour le reste de mes jours.

Mais être active ce n’est pas tout. On sait tous que le gros de la perte de poids se passe dans la cuisine. Qu’arrive-t-il quand on est confrontées à des sorties ? Je vous donne quelques-uns de mes petits trucs 🙂

Je suis une fille qui a un rythme de vie plutôt occupé. Marie-Hélène vous dirait que j’ai un agenda de Ministre lol J’ai besoin de voir mes amis, de sortir, d’entretenir ma vie sociale un tant soit peu. Sachez qu’il est possible de parvenir à une perte de poids soutenue malgré cela. Tout est dans la planification et l’équilibre. 80% du temps, je planifie mes repas: je prépare de la bouffe à tous les dimanches en préparation de la semaine qui vient, j’apporte mes lunchs au bureau, je soupe à la maison. Mais 20% du temps, et ce majoritairement les weekends, je me permets des tricheries. Pour moi, c’est habituellement le samedi. Le samedi, je ne compte pas. Je ne fais pas exprès de tomber dans les excès mais je me gâte. J’ai envie de pizza ? Alors soit ! La différence avec la moi d’avant, c’est que je mange de plus petites portions. Au lieu de manger la moitié d’une medium avec des frites et une liqueur, je mange une petite pizza individuelle avec une eau pétillante. La satisfaction est la même et je n’ai pas l’impression d’avoir complètement bousillé mes efforts de la semaine.

On ne se le cachera pas, la perte de poids ce n’est pas toujours facile. Mais il ne faut pas s’empêcher de profiter des bons moments entre amis avec l’excuse qu’on ne peut pas manger tout ce qu’on veut. Si vous devez sortir avec des amis, essayez de prévoir à l’avance où vous irez manger. Souvent, les menus des restaurants sont disponibles en ligne. Il est donc facile d’aller évaluer vos options et de faire des choix éclairés. Personnellement, je préfère souvent prendre de petites entrées à partager au lieu d’une grosse assiette. Cela me permet d’avoir moins envie de terminer complètement mon plat et finir par me sentir mal. De toute façon, les entrées, c’est l’excuse parfaite pour partager avec ses amis, non ? 😉

Aussi, puisque j’ai la dent sucrée, je choisis souvent de prendre un dessert au lieu d’une entrée ou d’un verre de vin. Encore une fois, on recherche l’équilibre. Il faut donc faire des choix 😉 C’est un OU l’autre.

Et le dernier truc à vous donner, c’est de ne jamais arriver au resto l’estomac vide. Puisque si c’est le cas, toutes vos bonnes intentions prendront le bord ! Croyez-moi ! Essayez de toujours vous garder une petite collation (soit au bureau ou dans votre sac à main) question de pouvoir assouvir votre faim avant d’aller rejoindre vos amis. Quelques amandes, un morceau de fromage, des légumes, 4-5 craquelins… cela vous sauvera la vie ! Vous aurez apaisé votre faim et vos choix seront plus judicieux au lieu d’être basés sur un estomac qui crie famine 🙂

Un de mes plaisirs de la vie, c’est de passer du temps avec les gens que j’aime. Alors pourquoi ne pas trouver des solutions faciles afin d’y arriver de façon raisonnable et surtout, sans frustration ? 😉

Sophie

Voici 4 manières simples d’augmenter votre vitesse de course

Vous souhaitez augmenter votre vitesse de course, mais vous ne savez pas trop comment vous y prendre? Voici 4 façons faciles et efficaces pour atteindre votre objectif.

Intervalles: La meilleure façon (et aussi la plus rapide !) de perdre du gras et d’améliorer votre capacité cardiovasculaire, c’est de faire un entraînement par intervalles. Pour expérimenter ce type d’entraînement, je propose d’alterner des périodes de 30 secondes d’effort intense avec des repos complets (ou marche) de 30 secondes. Les études démontrent que vous pouvez atteindre davantage de bénéfices en ajoutant quelques séances de course en intervalles.

Bien manger: Bien manger avant une course est très important afin d’éviter les crampes et le sentiment de léthargie pendant votre course. Allez-y pour des aliments qui ne causent pas de crampes: choisissez une petite collation de glucides simples avec un peu de protéines si vous décidez de manger juste avant une course. Si vous aimez le café, essayer de prendre votre tasse environ une demi-heure avant de partir pour une course. FAIT INTÉRESSANT : des études ont démontré que la caféine vous aide à courir plus vite et plus longtemps. YEAH!

Évitez de courir que sur un terrain plat : Il n’y a aucune raison de courir uniquement sur un terrain plat. En fait, il y a plusieurs raisons pour lesquelles vous ne devriez pas. Courir sur des collines permet de renforcer les muscles de vos jambes tout en augmentant votre vitesse et votre endurance. Que vous fonctionniez sur le tapis roulant ou à l’extérieur, la prochaine fois que vous débutez votre séance de jogging, assurez-vous qu’une pente fasse partie de votre parcours. Sur un tapis de course, choisissez une séance d’entraînement qui inclut des collines.

Étirements: Les quelques minutes que vous passez à vous étirer peuvent vraiment aider votre vitesse. L’étirement vous rend plus flexible, ce qui peut améliorer votre foulée et votre amplitude de mouvement.